Découvrez la Mission Solidaire de Raffaella

Raffaella Loncao, directrice des Ressources humaines de Saint Laurent pour la région APAC, est partie en mission solidaire pendant une semaine au Cambodge avec African Clean Energy, une association qui crée des ustensiles de cuisine innovants et offres des alternatives responsables pour les personnes n’ayant pas d’accès aux ressources d’énergie modernes. Les risque de l’utilisation de combustibles non propres reste particulièrement dangereux pour la santé des femmes et des enfants.

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager en tant que volontaire ?

J'ai été inspirée par une collègue de Kering, partie en mission solidaire en Inde l'an dernier et qui nous en a dit le plus grand bien. J'ai alors décidé d'entrer en contact avec la Fondation Kering et avec Moving Worlds, l'un de leurs partenaires. J'ai choisi de faire du bénévolat pour African Clean Energy, car j’avais le sentiment que leurs missions reflétaient mon intérêt pour le développement durable et l’autonomisation des femmes. Je voulais participer à quelque chose qui avait un réel impact sur les communautés locales.

 

Quel a été votre rôle durant votre mission ?

Durant la mission, j'ai aidé le Directeur de ACE Cambodge à la mise en place d’une structure RH basique pour soutenir la croissance de l’association au Cambodge. Nous avons établi un plan de recrutement avec des objectifs à moyen terme afin d’inclure des opportunités de développement pour les employés avec pour but final, de maintenir l’efficacité de l’entreprise. La création de descriptions de postes pour les missions clés au sein de l’association et la préparation d'un système de rémunération visant à améliorer la reconnaissance du travail effectué par les vendeurs, en ligne avec les diverses étapes d’évolution de carrière.

Je n’ai pu partir qu’une semaine, de ce fait, nous n’avons réussi à atteindre les objectifs fixés que partiellement, notamment en ce qui concerne le processus global de recrutement de l'équipe de vendeurs. Ce processus prend généralement quelques semaines entre l'offre d'emploi et la prise de poste.

 

Quel souvenir gardez-vous de cette aventure ?

Au cours de cette semaine, j'ai commencé par passer une journée entière sur le terrain dans les villages de la périphérie de Phnom Penh en compagnie de l'équipe des vendeurs locale pour observer leur travail opérationnel et leur dynamique de vente. Le premier jour sur le terrain, j'ai eu l'occasion de rencontrer des locaux et le meilleur souvenir que j’emporterai avec moi serait le temps que je passais à essayer de communiquer avec les enfants qui nous suivaient dans les villages et voulaient jouer et interagir avec nous. En allant à la rencontre des clients existants de ACE, j'ai également pu constater l'impact de leurs produits sur les communautés locales et en particulier sur les femmes qui, dans la société cambodgienne, sont généralement en charge du foyer et responsables du budget de la famille. L'expérience générale a été brève mais extrêmement inspirante, elle m’a permis de remettre certaines choses en perspective.

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux futurs volontaires ou à ceux qui hésitent à s’engager ?

Je donnerais trois conseils aux futurs bénévoles: échéance, objectifs clairs et planification préalable. Malheureusement, je n'ai pu prendre partir qu'une semaine, mais je crois que le délai idéal serait d'au moins deux semaines. En termes de pré-planification, il est important non seulement de définir et de s'entendre sur des objectifs clairs avec l'association hôte, mais aussi de faire vos « devoirs » sur l'histoire et la culture du pays où vous partirez en mission solidaire. Partez et soyez attentifs aux différences culturelles que vous pourriez rencontrer et soyez ouverts à celles-ci. En dehors de cela, gardez un esprit ouvert et profitez de l'expérience!