Casa di Accoglienza delle Donne Maltrattate (CADMI)

ITALIE
SOUTENIR LES VICTIMES

Donner aux femmes les moyens d'atteindre l'autonomie économique

CADMI - Casa di Accoglienza delle Donne Maltrattate ("Centre pour les femmes victimes de violences conjugales") est le premier centre pour les femmes victimes de violences conjugales qui a ouvert en Italie, en 1986. Cette association à but non lucratif offre une gamme complète de services d’aide aux victimes, dont l’accès à un hébergement d'urgence, ainsi qu’un soutien psychologique, juridique et des formations professionnelles.
Depuis sa création, CADMI a aidé plus de 30 000 femmes à échapper aux violences, et a hébergé plus de 600 d'entre elles dans des foyers pour femmes.

En novembre 2021, Kering Foundation a signé un partenariat de trois ans avec CADMI, pour soutenir le projet "Travail et Liberté".

Ce partenariat vise à soutenir l’insertion et le développement professionnel de 1 000 femmes victimes de violences conjugales, afin d'accélérer leur processus de reconstruction et de contribuer à leur autonomisation socio-économique. En 2023, 190 femmes avaient rejoint le programme, dont 59 avaient déjà retrouvé un emploi ou démarré un projet entrepreneurial.

L'initiative "Travail et Liberté" met en évidence le rôle majeur que peuvent jouer les entreprises dans la lutte contre les violences, non seulement en termes de sensibilisation sur le sujet, mais surtout en menant des actions concrètes. Elles peuvent notamment renforcer les compétences professionnelles des femmes durant des stages, ainsi qu'offrir des possibilités d'emploi et de formation.

La question de l'emploi représente un défi considérable pour les victimes. En effet, le principal risque pour une femme qui échappe aux violences est de subir une nouvelle relation violente ou de ne pas parvenir à reconstruire son autonomie socio-économique.

En décembre 2020, sur les 101 000 emplois supprimés en Italie, 98 % étaient occupés par des femmes. Le maintien d'un emploi est essentiel pour les femmes victimes de violences conjugales, afin de leur permettre de reconstruire leur vie et de veiller à ce que leurs enfants, qui sont également victimes de ces violences, soient soutenus.

Ce projet rend le processus de reconstruction plus efficace, à la fois sur le plan de l'autonomie et de l'atteinte au bien-être psychologique nécessaire à une vie indépendante. En définitive, CADMI crée un modèle d'autonomisation des femmes dans la sphère professionnelle, transposable dans d'autres centres en Italie et dans le monde.